Le Gabon, futur hub numérique régional ?

0
962

En moins de 10 ans, le Gabon est passé de « mauvais élève » de la digitalisation à « champion du numérique », au point que la Banque Mondiale le pressent comme le futur hub numérique d’Afrique centrale et de l’ouest. Un petit miracle qui n’est pas tombé du ciel, et qui ouvre grand les portes de la 4ème révolution industrielle.

 

En 2009, le Gabon accusait un retard considérable en matière de technologies de l’information et de la communication (TIC). Cette année-là, sous l’impulsion du nouveau Président Ali Bongo Ondimba, l’Etat s’empare du secteur numérique pour en faire une priorité gouvernementale intégrée au Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE). Le Plan sectoriel « Gabon Numérique » 2025 mise sur le digital comme moteur de croissance économique et accélérateur du développement des autres secteurs. L’ambition : faire du Gabon un modèle de digitalisation en Afrique.

Pari gagné. En 2015, le Gabon reçoit le prix « TIC pour le développement durable » de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT). Deux ans plus tard, il se propulse 6ème pays le plus performant d’Afrique en matière de TIC et 1er de la sous-région. Aujourd’hui en plein boom, le numérique frise les 10% du PIB gabonais.

Les clés du succès digital gabonais

Ce boom numérique sans précédent, le Gabon le doit à une série d’initiatives et d’investissements judicieux, soutenus par des investisseurs internationaux. Il a ainsi déployé des efforts considérables pour créer toutes les conditions nécessaires au développement des TIC ; sur le plan institutionnel, légal et réglementaire, sur le plan des infrastructures numériques, de la promotion des technologies, de l’innovation, de la formation, etc.

Le cadre institutionnel prend place dès 2011 avec la création successive de l’Agence Nationale des Infrastructures Numériques et des Fréquences (ANINF) dédiée à la construction et la gestion des infrastructures et à la mise en œuvre du Plan Gabon Numérique, puis de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ACERP) chargée d’instaurer un cadre légal et réglementaire au développement digital.

Une autre clé du succès gabonais réside dans le déploiement ambitieux d’infrastructures numériques nationales et internationales.
Il est l’une des rares zones de la région dotée d’une couverture 4G, et a investi massivement dans la construction d’un réseau de plus de 1100 km en fibre optique terrestre à partir de Libreville (station d’atterrissement des câbles sous-marins), pour assurer une couverture haut débit sur l’ensemble du territoire national mais aussi l’interconnexion avec les autres pays de la sous-région.

Ces réalisations s’inscrivent dans le cadre du projet parapluie régional « Central African Backbone » (CAB4), cofinancé par la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement. Actuellement, CAB-Gabon recherche des investisseurs sous forme de partenariats public-privé pour passer à la phase 2 du projet. Ses objectifs : l’extension du réseau de fibre optique par la pose d’un linéaire de 2185 km supplémentaires destiné à connecter l’arrière-pays, la création de deux Datacenter et d’un Centre d’alerte et de réaction aux attaques informatiques (CSIRT).

La santé et l’éducation par les TIC

Le Gabon a bien pressenti les avantages d’un réseau étendu, fiable et bon marché.
Le plan Gabon Numérique s’inscrit en effet dans une vision sociale et culturelle, soucieuse de l’émancipation de sa population par la croissance inclusive. Au cœur des initiatives, la réduction de la fracture
numérique doit entre autres donner accès en zone rurals à l’éducation, à la santé et au services publics et bancaires.

La modernisation de l’administration est aussi en route, avec le lancement des premiers services en ligne d’e-gouvernement. eGabon 2025 prévoit entre autres un portail internet gouvernemental, un système national d’identification digitale, un système de paiement électronique et des services administratifs en ligne. Il vise aussi à moderniser le système national d’information sanitaire pour favoriser un accès équitable à la santé. Comme par exemple le projet Open Street Map Libreville, qui propose une cartographie numérique en libre accès et actualisée des structures sanitaires de la capitale et des communes avoisinantes.

Encore faut-il que la population puisse s’approprier ces technologies. C’est pourquoi le gouvernement soutient toute une série d’initiatives dédiées à la formation aux outils des TIC, telles que la création de centres d’initiation à l’e-learning (en partenariat avec la Banque Mondiale et l’UNESCO), l’équipement des écoles secondaires en salles d’informatique reliées au net ou encore la formation de 5000 jeunes Gabonais aux métiers du TIC
(« Train my generation »).

SING booste les startups en innovation numérique

L’innovation digitale crée de plus en plus d’emplois. Pour dynamiser ce secteur porteur, le Gabon s’est récemment lancé dans la création d’incubateurs dédiés aux start-ups en innovation numérique. La SA de droit gabonais SING, Société d’Incubation Numérique du Gabon, est lancée en 2018 en partenariat avec l’Etat et la Banque Mondiale. Elle fournit aux entreprises des services de soutien à la transformation numérique comme des conseils et diagnostics, des solutions informatiques, etc. Mais elle fonctionne aussi comme une couveuse d’entreprises, à travers son programme d’accélération inédit baptisé « Cohorte Innovation 4.0 » : soutien au financement et à l’exécution, accès au mentorat et aux investisseurs, formations, etc. L’incubateur s’adresse à des start-ups basées au Gabon dans des secteurs aussi divers que l’énergie, l’assurance, l’e-marketing, l’e-finance, l’e-commerce ou l’e-éducation. Si le programme n’en est encore qu’à sa 2ème édition, il offre déjà de réelles opportunités dans le secteur… à tenir à l’œil.


2000 villages numériques en 2025

En partenariat avec le groupe Samsung, le projet « Gabon village numérique » entend construire 2000 villages connectés d’ici à 2025. L’objectif : réduire la fracture numérique entre les zones urbaines et les zones rurales, mais surtout promouvoir l’éducation, la santé et l’environnement. Les villages numériques bénéficieront notamment d’un télécentre médical et d’une clinique mobile pour les diagnostics de santé à distance, et d’une école numérique pour favoriser l’éducation primaire pour tous.
Le tout alimenté par l’énergie solaire !


2009-2019 :

le coût d’internet est divisé par 10
le nombre d’abonnés est multiplié par 7


eGabon 2025 : l’Etat recherche activement des partenaires !

Plus d’informations sur les opportunités de PPP :
www.anpigabon.ga