MADE IN RWANDA

0
128
Le Rwanda, pays de 12.3 millions d’habitants (2019), connaît depuis plusieurs années une des plus fortes croissances économiques du continent Africain, affichant une croissance de 8.7 % de son PIB1 en 2019.  Le gouvernement s’est donné l’objectif ambitieux d’atteindre, le statut de pays à revenu élevé d’ici à 2050.

Hub financier et d’investissement

Son climat propice aux affaires (il s’agit du 2ème pays en Afrique subsaharienne dans lequel il est facile de faire des affaires selon le classement Doing Business de la Banque Mondiale2) et ses institutions stables font du Rwanda une destination de choix pour les investisseurs. Souvent surnommé le Singapour africain, le pays s’est donné comme objectif de devenir un hub financier d’investissement d’excellence dans la région.

Selon la « Vision 2020 » et récemment « Vision 2050 », les plans lancés par le gouvernement, le secteur privé est le moteur de la croissance et du développement du Rwanda. Le pays s’est donné les moyens de ses ambitions, en créant un écosystème permettant la création d’entreprises en un temps record (6 heures), offrant un régime fiscal favorable aux nouvelles entreprises et un secteur financier en plein essor. Les nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) sont au centre de ces efforts de développement. Le Rwanda a soif d’innovation, et favorise l’incubation de start- ups pour stimuler la croissance et l’emploi de sa jeune population. Des entreprises multinationales comme Volkswagen ou encore des institutions de renommée internationale comme Carnegie Mellon University ont décidé d’ouvrir des filiales dans la capitale, Kigali, preuve de la confiance des investisseurs dans le projet rwandais de devenir une destination de prédilection des firmes cherchant à pénétrer le marché africain.

Le Rwanda est conscient que sa vision sera difficilement atteignable sans une meilleure intégration économique régionale et continentale. C’est pourquoi le pays multiplie les partenariats : au niveau régional, le pays des mille collines fait partie de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est (EAC). Sous l’égide de cette organisation, le pays de concert avec ses voisins ont établi une union douanière, rentrée en vigueur en 2005, permettant de supprimer les barrières douanières pour tout bien entrant dans l’union ; un marché commun effectif depuis 2010, rendant possible la libre circulation des biens, des personnes, services et capitaux à travers la sous-région ; et enfin une monnaie commune, qui entrera en vigueur d’ici 2023.3 Au niveau continental, le Rwanda a été un des champions des accords établissant la zone de libre-échange africaine (ZLECA), regroupant 54 pays africains signataires.

Tourisme et MICE

Des pistes de trekking du parc national des Virunga où résident les derniers gorilles des montagnes, en passant par la forêt primaire de Nyungwe et ses centaines d’espèces endémiques de plantes et d’animaux, ou encore la savane du parc de l’Akagera qui accueille les big five, les attractions touristiques au Rwanda sont aujourd’hui mondialement réputées. Le secteur privé et les autorités rwandaises l’on bien compris : avec une croissance annuelle de 9 % en moyenne depuis 2009,4 le potentiel économique de ce secteur séduit de plus en plus d’investisseurs.

 

Plus de 1.7 millions de personnes
ont visité le Rwanda
en 2019.

Grâce à un partenariat publique privé (PPP), le Rwanda est devenu une destination de luxe, prisée par une clientèle aisée. Ce modèle économique pour le tourisme est à la fois respectueux de l’environnement et bénéfique pour les communautés locales. Les recettes tirées du tourisme sont en partie réinvesties dans le développement des communautés locales, permettant aux investisseurs et aux populations de participer ensemble à l’effort de conservation.

Les recettes provenant du secteur
du tourisme s’élèvent à plus de
500 millions de dollars américains
en 2019.

Une autre forme de tourisme au potentiel économique prometteur a lui aussi attiré capitaux étrangers et fonds publics : le tourisme de conférence (MICE). Le Rwanda ambitionne de faire du pays une destination de renommée mondiale pour le tourisme de conférence.
Le Centre de Conférence de Kigali a déjà accueilli certains des plus grands rendez-vous internationaux : le WEF Africa, le
sommet de l’Union Africaine ou encore l’Africa CEO Forum. En 2021, le Rwanda accueillera l’assemblée générale des chefs d’Etats et de gouvernement du Commonwealth.

Made In Rwanda

Depuis 2017, un accent particulier est mis sur la promotion des produits manufacturés localement. Le Rwanda a lancé sa politique du Made In Rwanda, une approche holistique visant à renforcer le marché intérieur grâce au développement de la chaîne de valeur. Améliorer la qualité et réduire les coûts des produits manufacturés au Rwanda est une priorité pour accroître sa compétitivité sur le marché international, et en particulier dans les secteurs clés de l’industrie agro-alimentaire, la manufacture, la mode et la culture. Le Made In Rwanda, c’est aussi une série de mesures incitant
à faciliter l’investissement, dont la
Zone Économique Spéciale de Kigali est l’exemple parfait. Cette zone franche s’étendant sur 100 hectares mise à la disposition de diverses entreprises par le gouvernement témoigne de la volonté de placer le secteur privé en fer de lance du développement économique du pays.

En 2018 et 2019, le pays est rentré en partenariat avec les clubs de football londonien d’Arsenal (AFC) et parisien du Paris Saint-Germain (PSG) pour faire la promotion du tourisme et des produits rwandais.

Opportunités d’investissement pour les investisseurs belges et luxembourgeois

Cinq secteurs d’activités à haut potentiel pour l’investissement ont été identifiés sur base d’une analyse des besoins du marché rwandais et de leur potentiel impact économique et sociétal une fois développés.


Ces derniers sont : les technologies de l’information et de la communication et de l’externalisation des affaires, le tourisme et la conservation, la logistique, le secteur financier et le système de santé. D’autres possibilités sont offertes par l’exploitation minière, la valeur ajoutée dans le secteur agricole associée au développement des exportations non traditionnelles ainsi que par le secteur dynamique de l’immobilier et de la construction qui est le principal contributeur aux recettes fiscales du pays.

TIC

Le secteur des TIC connaît une croissance annuelle moyenne de 11 % depuis 2006, ce marché devrait représenter $5 Milliards d’ici 2025. Grâce à des infrastructures solides : réseau électrique fiable, 7000 km de câblage en fibre optique, 95 % du territoire national couvert par le réseau 4G LTE.

  • Opportunité d’investissement :

Kigali Innovation City : projet de création d’un hub de la connaissance qui va rassembler à la fois universités, think tanks et start ups – coût du projet $ 150 Millions.

Tourisme

Le tourisme est le premier secteur en matière d’entrée de devises dans le pays. Grâce à l’expansion de la compagnie aérienne nationale Rwandair et de la construction d’un nouvel aéroport international pouvant accueillir jusqu’à 7 millions de passagers par an d’ici 2022, son activité devrait croître de manière significative. (source : www.rdb.rw/qatar-takes-majority-stake-in-rwandas-new-international-airport/)

  • Opportunité d’investissement :

Complexe hôtelier et de Golf de Karongi : complexe hôtelier de luxe sur les rives du lac Kivu et son parcours de golf qui respectera les plus grands standards internationaux – coût du projet $ 50-80 Millions.

Agriculture

Premier secteur d’activité en matière d’emplois, l’agriculture est ancrée dans la culture et la tradition rwandaise. La modernisation des techniques de production agricole permet à ce secteur d’activité de rapporter $150 Millions de recette à l’exportation chaque année.

  • Opportunité d‘investissement :

L’exploitation bovine et l’abattoir de Gako : plus de 5200 hectares de terres et d’infrastructures de base pour l’élevage fournis par le gouvernement. La demande locale, régionale et internationale en viande ne cesse d’augmenter. Ce complexe d’élevage va tenter de pallier le manque d’offre (le marché régional de viande représentant plus de $500 Millions) – coût du projet $43 Millions.

Energie et Infrastructure

Avec une infrastructure routière développée (1 700 km de routes asphaltées) et un réseau électrique en pleine expansion (production d’électricité triplée depuis 2010, dont 52 % provenant d’énergies renouvelables), le secteur de l’énergie et de l’infrastructure est en plein développement.

  • c Opportunité d‘investissement :

Le Fonds pour le logement abordable (Affordable Housing Fund) : le Rwanda va faire face d’ici à 2024 à un essor de sa population urbaine, plus de 30 000 logements devront être construits chaque année pour répondre à la demande. Le Fonds pour le logement abordable tente d’apporter une solution à ce défi en refinançant des prêts immobiliers – coût du projet $250 Millions.

Mines

Le Rwanda, premier producteur de Tantalum au monde, a un plan ambitieux pour accroître les revenus de ce secteur. Il envisage de doubler ses recettes àl’exportation de ses minerais d’ici à 2024. 

  • Opportunité d‘investissement :

Raffinerie de Tantalum : projet d’ouverture d’une raffinerie de tantalum qui permettra de transformer la pierre directement depuis son lieu d’extraction – il n’existe encore aucune raffinerie de ce style en Afrique – coût du projet $15-25 Millions.

 

 

 

1 Banque Africaine de Développement, « Rwanda Economic Outlook», site de la Banque Africaine de Développement, s.d, https://www.afdb.org/en/countries/east-africa/rwanda

2 Banque Mondiale, « Doing Business Report », site de la Banque Mondiale, 2019, https://www.doingbusiness.org/en/data/exploreeconomies/rwanda

3 Site de la Communauté Est African, s.d, https://www.eac.int/monetary-union/14-integration-pillar

4 MINISTRY OF FINANCE AND ECONOMIC PLANNING, Key Statistics on Rwanda, septembre 2020, p.16