Vision Guinée 2040, l'émergence au bout de la croissance

0
1225

Le Plan National de Développement Economique et Social (PNDS) 2016-2020, traduction de la Vision Guinée 2040, a pour vocation de favoriser une croissance forte et inclusive. Il s’articule autour de quatre piliers : la promotion d’une bonne gouvernance au service du développement durable, la transformation économique durable et inclusive, le développement inclusif du capital humain et enfin, la gestion durable du capital naturel.

Le PNDES veut intensifier les investissements dans les secteurs agricoles, miniers,  énergétiques et des services afin d’atteindre un taux moyen de croissance à deux chiffres. Ces secteurs
présentent en effet des potentiels croissances importantes.

La mise en œuvre du PNDES s’appuie sur des politiques sectorielles pertinentes; entre autres :

  • une politique agro-sylvo-pastorale et halieutique reposant sur l’amélioration de la productivité et le développement de la chaîne de valeurs des filières prioritaires d’exportation;
  • une politique d’exploitation optimale du potentiel d’énergie hydraulique, couplée avec une politique de promotion des énergies éoliennes et solaires, pour consacrer durablement un mix énergétique, destiné à garantir les besoins domestiques et à favoriser l’exportation des excédents sur un marché régional de l’énergie en voie de création ;
  • une politique d’exploitation stratégique du potentiel minier qui continuera à jouer le rôle de levier d’export, de transformation et de développement des autres secteurs, dans le respect des normes environnementales et la préservation des intérêts des populations locales.

Le but recherché, par ailleurs, est de promouvoir :

  • la transformation industrielle et artisanale tout en assurant la compétitivité de l’économie et la création d’emplois
  • la diversification de l’économie par le développement des activités de services (commerce, tourisme, nouvelles technologies de l’information et de la communication, services d’intermédiation financière);
  • la réalisation des réseaux nationaux et sous-régionaux d’infrastructures terrestres, aériennes et maritimes afin d’atteindre les objectifs d’intégration régionale de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine.

Le Plan National de Développement compte plus de 170 projets phares qui concernent principalement les secteurs de l’énergie, l’agriculture, les transports, l’eau, l’assainissement et les BTP avec de nombreuses possibilités de projets éligibles aux PPP.

 

En septembre 2017, les autorités guinéennes ont annoncé avoir obtenu de la Chine un prêt d’un montant de 20 milliards de dollars qui sera débloqué sur les vingt prochaines années, en contrepartie de concessions minières (pour l’exploitation de la bauxite principalement).

En novembre 2017, une réunion du Groupe consultatif a rassemblé à Paris les dirigeants et les partenaires de la Guinée pour financer le PNDES. Le gouvernement a obtenu 21 milliards de dollars de promesses de financement de la part de ses partenaires et des entités du secteur privé. La Banque Mondiale s’est engagée à apporter 1,6 milliard de dollars et la Société Financière Internationale (IFC), 750 millions. Les 3,5 milliards de dollars annuels prévus doivent permettre de financer de grands chantiers hydroélectriques, la réalisation d’infrastructures routières et ferroviaires, ainsi que des projets sociaux de base.

La Guinée redouble d’efforts pour attirer les investisseurs étrangers, notamment par des actions de communication mais aussi en améliorant le climat des affaires. Le PNDES offre un cadre stratégique que les investisseurs étrangers, le secteur privé et public devront réaliser pour transformer l’économie de la Guinée.