Nos membres en R.D.C. : Sourcing et installation de 8 minoteries en R.D.C.

0
365

« China Euro Services », société d’origine belge, est spécialisée dans l’assistance et le conseil aux acheteurs européens et africains pour le sourcing, l’achat d’équipements, de machines et de matériaux de construction. Pour cette édition du Perspectives, nous avons eu le plaisir de rencontrer les deux cadres de la société : Mr Albert Rugaba, Sourcing & Sales Manager Afrique et Mr Eloi Kekou Noutchet, Directeur Technique responsable de l’installation des minoteries au Congo. Ils vont nous présenter un « case study » du sourcing et de l’installation en R.D.C. de 8 minoteries produites en Chine pour le compte du Ministère de l’Agriculture. Elles sont capables de traiter de 100 à 130 tonnes par jour de maïs et/ou de manioc sur plus de 5 sites dans tout le Congo (Bas Congo, Kasai, Kivu, et Katanga).

Ils ont accepté de partager leur expertise avec nos lecteurs sur les challenges et avantages des projets sino-africains dans l’agriculture.

Monsieur Albert Rugaba, Sourcing and Sales Manager Afrique

1. Pourriez-vous nous expliquer votre rôle dans ce projet de sourcing et d’installation de 8 minoteries de grande taille aux 4 coins du territoire de la RDC ?

 

Bien volontiers. Je suis en charge de tout le processus d’achat d’équipements chinois pour le compte de clients belgo-africains pour des projets en Afrique centrale. Dans le cas des minoteries, nous avons dû aider le client final pour la gestion du projet qui entourait la sélection des usines à installer. Cela englobait la définition des besoins en termes de produits et équipement, la sélection des meilleurs fournisseurs, la réalisation du contrôle de qualité, et l’organisation de la collaboration avec nos collègues chinois.

2. Quel sont les défis et faits qui vous ont marqués lors de ces processus ?

Au niveau des défis, je dois dire que la crise du Covid-19 nous a empêché d’envoyer les techniciens chinois en temps et en nombre sur place pour assister notre directeur technique en charge de l’installation. Nous avons quand même pu installer deux usines et 4 autres devraient être installées d’ici la fin 2022 grâce à l’expertise et la « débrouillardise » du personnel.

Néanmoins, nous sommes fiers d’avoir pu installer des minoteries de maïs et de manioc à un prix très compétitif malgré les difficultés locales et le Covid-19, ce qui a permis de répondre à un besoin crucial du pays ; à savoir l’indépendance pour l’alimentation de base. Durant cette période, 30 à 100 tonnes de farine par jour étaient produites par nos minoteries, malgré les conditions locales difficiles comme des ruptures de carburant, le manque d’équipements et autres défis logistiques.

Monsieur Eloi Kekou Noutchet, Directeur Technique responsable de l’installation des minoteries au Congo.

1. Depuis combien de temps vous occupez-vous des installations des minoteries de farine ? Quels défis et difficultés avez-vous rencontrés ?

Depuis déjà deux ans. J’ai d’abord commencé à Monkata près de Matadi au Bas Congo pour installer une usine de farine de manioc pouvant traiter 100 tonnes de manioc par jour. En 2022, j’ai eu l’occasion de suivre l’installation d’autres minoteries au Kasai et au Kivu. Je suis très fier d’avoir réussi à installer ces minoteries malgré les difficultés locales (manque de grues, de hangars, d’électricité, etc.) et la crise du Covid-19.

2. Quelles conclusions tirez-vous de ces premières installations réussies ?

Tout d’abord, je crois qu’il est très important de bien préparer les sites en amont et de vérifier auprès des autorités locales que le processus de préparation est bien entamé et pourra être terminé correctement dans les temps.

Par ailleurs, au niveau de l’offre, les équipements chinois conviennent au besoin de base du continent africain mais la communication entre la Chine et l’Afrique n’est pas toujours très bonne pour des raisons linguistiques et culturelles. Le client ira plus facilement vers un prix moindre, et le vendeur répondra à cette demande en adaptant la qualité au prix proposé : il faut donc beaucoup négocier et travailler en équipe pour trouver une solution optimale.

3. De futurs projets déjà en place pour votre société ?

Oui ! Nous sommes déjà fiers d’être parvenus à installer des usines dans des coins reculés du pays sans beaucoup de support logistique, là où des fermes pilotes ont été établies par le gouvernement pour répondre aux besoins fondamentaux de la population. Il est clair, pour nous, que sans notre intervention en tant que société de service belge faisant le pont entre la Chine et l’Afrique, ce projet aurait été difficilement réalisable.

Pour de futurs projets, tous les villages ne peuvent espérer l’installation de grandes usines sophistiquées. Il faut répondre aux besoins plus primaires de ceux-ci en fournissant des équipements plus simples, plus petits et moins chers qui demandent peu d’installation, de financement ou de support technique. Ce sera notre prochain focus dans les années à venir en plus des grandes minoteries centrales gérées par le gouvernement.

4. Un petit mot pour nos membres CBL-ACP ?

Nous serions ravis de collaborer avec les membres de CBL-ACP en proposant des prix spéciaux et exclusifs. Nous sommes à votre écoute et nous sommes là pour vous aider à sourcer en Chine des équipements à des prix compétitifs, sans les problèmes classiques de qualité. Contactez-nous !

Site web : www.chinaafricasourcing.com

E-mail : b.snel@chinaeuro.cn
office@chinaeuro.cn