Mission économique au Togo et au Bénin
24.04.2017 > 28.04.2017

Pourquoi investir au Bénin ?

Le pays en bref

  • Nom officiel : République du Bénin
  • Nature du régime : Régime présidentiel
  • Chef de l’état et du Gouvernement : Patrice TALON (Mars 2016)
  • Capitale officielle : Porto – Novo , Capitale économique : Cotonou
  • Monnaie : Franc CFA (XOF) émis par la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest 1€ = 656 fcfa
  • Langues : Français (langue officielle), Fon, Adja, Yoruba, Nago, Bariba…
  • Religions : Christianisme (27%), Islam (22%), Animisme (37%)
  • Indice de Développement Humain : 166/188 (2014)
  • Population : 10.6 millions d’habitants
  • Principales Villes : Cotonou, Abomey-Calavi, Porto Novo, Parakou, Ouidah

Drapeau du Bénin

Armoiries du Bénin

Ambassade du Bénin :

Adresse : Avenue de l’Observatoire 5, 1180 Bruxelles
T: +32 (0) 2 375 06 74
T: +32 (0) 2 375 03 17

Situation Géographique

Le Bénin est un pays d’Afrique de l’ Ouest situé sur le golfe de Guinée. Ses pays limitrophes sont le Nigeria à l’est , le Togo à l’ouest ainsi que le Burkina Faso et le Niger au nord. Le pays couvre une superficie de 112 620 km².

Pourquoi investir au Bénin ?

  • STABILITE

    Le Bénin est très stable sur le plan socio- politique , il est aujourd’hui considéré comme étant un modèle de démocratie pour l’Afrique. Les conditions y seront donc favorables pour rentabiliser vos investissements dans le temps.

  • LOIS/FISCALITE

    Le cadre juridique et la fiscalité sont favorables aux investissements : les formalités administratives ont été allégées et le code des investissements rendu plus avantageux

  • CROISSANCE ET DOMAINES D’INVESTISSEMENTS EN PLEINE EXPANSION

    L’économie Béninoise est en pleine croissance : il y a une augmentation nette des investissements, preuve de la confiance des entrepreneurs. Le pays regorge d’opportunités d’affaires et de partenariat. De plus, il est doté de potentiels encore inexploités dans des secteurs comme l’énergie, l’élevage et la pêche et l’agro-industrie.

  • PORTE D’ENTREE A LA SOUS-REGION

    Le Bénin est une porte d’entrée au marché potentiel qu’est l’Afrique de l’Ouest / CEDEAO et à la puissance économique du Nigeria qui représente à lui seul 180 millions de consommateurs.

  • ZONES FRANCHES

    Depuis 2005, le Bénin dispose de zones franches industrialisées où les investisseurs peuvent s’installer et bénéficier de nombreux avantages fiscaux et douaniers.

Le Bénin présente un potentiel économique intéressant pour nos investisseurs et exportateurs. Malgré un ralentissement observé depuis quelques années, la croissance du pays affiche depuis 2014 des taux variant entre 5 et 6% .

Le gouvernement Béninois soutient activement les investissements étrangers directs dans de nombreux secteurs tels que les télécommunications, la construction (bâtiments et travaux publics), l’élevage et la pêche, l’industrie agro-alimentaire, le tourisme, la transformation du coton et le secteur minier.

Le port Autonome de Cotonou, qui est l’un des plus importants de la sous-région, dessert les pays de l’hinterland tels que le Niger, le Mali et le Burkina-Faso. Celui-ci reste compétitif et maximise la rentabilité de ses opérations grâce à la mise en place par les autorités d’un système de Guichet Unique qui facilite et accélère les opérations portuaires ; la réduction du temps de séjour à des navires et camions ; l’installation de portiques etc..

Investir au Bénin c’est aussi se voir ouvrir les portes du marché ouest africain, de la CEDEAO* plus précisément (250 millions de consommateurs), avec toutes les opportunités qu’il présente. Le franc cfa, monnaie utilisée au Bénin et dans les 7 autres pays de l’UEMOA*, bénéficie d’une parité fixe avec l’euro. Depuis le 1er Janvier 1999, il été établi qu’ 1 euro vaudrait plus ou moins 655 fcfa. Le fait d’avoir un taux de change fixe avec l’euro représente un gros avantage par rapport au commerce et aux diverses transactions qu’il pourrait y avoir entre la Zone CFA et la Zone euro.

Les autorités Béninoises ont pris des mesures afin de rendre les conditions sur place plus propices aux investissements : le code des investissements à récemment été révisé et amélioré, le cadre juridique et la fiscalité ont été assouplies et les formalités administratives allégées.                               Le code des investissements Béninois prévoit entre autres la liberté de transfert des bénéfices et dividendes vers l’étranger, ainsi qu’une garantie contre la nationalisation et l’expropriation de votre investissement.

De plus, le Bénin dispose d’une Zone Franche Industrialisée dans la ville de Sèmè-Podji, à quelques km de la frontière Nigériane. Les entreprises implantées dans cette zone sont entre autres exonérées de l’impôt sur leur bénéfice industriel pendant les 10 premières années et sont libres de fixer les prix et les marges dans le cadre de transactions entre entreprises de la zone franche ou celles d’autres marchés.

C’est dans ce contexte que la CBL-ACP, en collaboration avec les agences régionales, BI&E, AWEX, FIT, la CCI de Luxembourg, la Chambre panafricaine et le réseau diplomatique belge organise cette mission économique. Nous sommes certains que les entreprises belges sauront faire leur preuves sur le marché béninois.

 

*CEDEAO : Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest

Pays membres : Bénin, Burkina-Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Libéria, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra-Leone et Togo.

*UEMOA : Union Economique Ouest Africaine

Pays membres : Bénin, Brukina-Faso, Côte d’ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Senegal et Togo.

Documents suite au séminaire du 23/03/2017

Quelques opportunités d’affaires

PROJET DE CONSTRUCTION DE L’HÔTEL DE VILLE DE PORTO-NOVO
AVIS DE CONCOURS INTERNATIONAL
N° : 01/2017/HVPN/MPN/AGETUR S.A – BÉNIN

    1. La Mairie de Porto-Novo a inscrit au Budget Municipal les ressources fi nancières pour la mise en oeuvre du « PROJET DE CONSTRUCTION ET D’ÉQUIPEMENT DE L’HÔTEL DE VILLE DE PORTO-NOVO » et a prévu d’utiliser une partie des fonds pour effectuer les paiements au titre de la mission de maîtrise d’oeuvre dans le cadre dudit projet.
    2. A cet effet l’AGETUR S.A., Maître d’Ouvrage Délégué du projet, lance à partir du 20 février 2017, un concours international d’architecture en vue de la sélection d’un maître d’oeuvre pour la mission de conception architecturale, d’études techniques détaillées et de contrôle et surveillance des travaux.
    3. Le concours est ouvert aux architectes béninois et étrangers ayant obtenu l’autorisation d’exercer la profession d’Architecte en République du Bénin.
    4. Les Projets des candidats seront soumis à l’examen d’un jury qui les classera et désignera les lauréats ; la mission sera réservée de droit à l’architecte classé premier.
    5.  La participation au concours implique l’acceptation sans réserve par les concurrents du règlement et du programme du concours.

    6. Les Candidats intéressés sont invités à retirer le dossier de concours auprès du Maître d’Ouvrage Délégué à la Direction Général de l’AGETUR S.A. à Cotonou et à obtenir tous renseignements complémentaires à l’adresse suivante : 5089, Avenue Jean Paul II, Route de l’Aéroport – 01 BP 2780 Cotonou – Tél. : 21 30 5110 / 21 30 51 71, email : dgagetur@agetur.bj et mbocove@agetur.bj. La mise à disposition du dossier est gratuite pour tous les candidats.

    7. Les projets devront être déposés au Secrétariat de la Direction des Opérations de l’AGETUR, à l’adresse ci-dessus indiquée, le 20 avril 2017 à 18 heures au plus tard.

Fait à Cotonou, le 19 février 2017.
La Direction Générale de l’AGETUR S.A – Bénin.

Synthèse des 45 projets phares

Tourisme

  1. Faire de la Pendjari/W le parc de référence de l’Afrique de l’Ouest ;
  2. Réinventer la cité lacustre de Ganvié ;
  3. Pôle touristique d’Abomey/Porto-Novo : Arts, cultures et arènes d’expression Vodoun ;
  4. Créer une expérience touristique premium autour des Tata Somba ;
  5. Recréer à l’identique la cité historique de Ouidah ;
  6. Aménager des stations balnéaires ;

Agriculture

  1. Filières Haute Valeur Ajoutée (ananas, anacarde, produits maraîchers) ;
  2. Renforcer les filières conventionnelles (riz, maïs, manioc) ;
  3. Développer l’aquaculture continentale ;
  4. Mettre en valeur la basse et moyenne vallée de l’Ouémé ;
  5. Augmenter la production de viande, de lait et d’œufs de table ;

Infrastructures

  1. Construction d’un nouvel aéroport international à Glo-Djigbé ;
  2. Modernisation extension du Port Autonome de Cotonou ;
  3. Réaménagement de l’axe routier autour du Port de Cotonou ;
  4. Construction d’une route de contournement Nord de Cotonou ;
  5. Aménagement de la Route des pêches (Phase 2) ;
  6. Construction d’une autoroute entre Sémé Kpodji et Porto-Novo ;
  7. Aménagement de la route Djougou-Pehunco-Kérou ;
  8. Extension du réseau routier sur 1.362 km ;

 

Numérique

  1. Déploiement de l’internet HD et THD sur l’ensemble du territoire ;
  2. Transition de la diffusion analogique vers la TNT ;
  3. Mise en œuvre de l’administration intelligente (Smart Gouv) ;
  4. Généralisation de l’usage de l’e-commerce ;
  5. Généralisation de l’usage du numérique par l’éducation et la formation ;
  6. Promotion et développement de contenus numériques ;

Électricité

  1. Moderniser et étendre la filière thermique pour garantir un accès compétitif à l’électricité ;
  2. Développer les énergies renouvelables ;
  3. Restructurer l’opérateur national et son réseau ;
  4. Maîtrise des consommations énergétiques ;

Cadre de Vie

  1. Aménager les berges de la lagune de Cotonou et assainir son plan d’eau ;
  2. Aménagement de la lagune de Porto-Novo ;
  3. Mener une gestion efficace des déchets dans l’agglomération de Cotonou ;
  4. Rénover le vieux centre-ville de Cotonou (Ganhi et Akpakpa-Dodomè) ;
  5. Faire de Dantokpa un marché moderne de référence ;
  6. Construction d’un nouveau marché international à Parakou ;
  7. Créer un complexe international Cotonou (Théâtre, Conférence, Hôtel de luxe) ;
  8. Aménager le camp Guézo et en faire un centre d’affaires de référence ;
  9. Réhabilitation et aménagement des voiries des villes de Cotonou, Porto-Novo, Parakou, Abomey-Calavi, Sème-Kpodji, Abomey, Bohicon et Natitingou ;
  10. Assainissement pluvial Cotonou ;
  11. Développement de programme immobilier d’habitat social et économique ;

CIIS

  1. Création de la Cité Internationale de l’Innovation et du Savoir ;

Eau Potable

  1. Moderniser et développer l’exploitation responsable des ressources hydrologiques ;
  2. Donner accès à l’eau potable à l’ensemble de la population rurale et semi-urbaine ;
  3. Développer les capacités de production et de distribution en milieu urbain et périurbain ;

Protection Sociale

  1. Mise en place d’une protection sociale pour les plus démunis et réduction de la précarité.

Responsable de la Publication

Michael Stenger
Avenue Huart Hamoir, 48
B-1030 Bruxelles
T +32 2 242 05 10
F +32 2 242 66 04

Rédacteur en Chef

Monsieur Gauthier Demaret
Avenue Huart Hamoir, 48
B-1030 Bruxelles
T +32 2 242 05 10
F +32 2 242 66 04

Conseillère en publication

Josyane Houart
Rue Montoyer 24 – B5
B-1000 Bruxelles
T +32 2 512 99 50
F +32 2 512 28 29

CBL-ACP

Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture Belgique – Luxembourg – Afrique – Caraïbes – Pacifique
www.cblacp.eu