Faire des affaires en Angola

0
1138

L’Angola est un pays qui regorge de ressources avec, notamment, de grandes réserves de pétrole, de gaz, de diamants et de minerais de fer. On y trouve aussi un réseau hydrographique à haut potentiel hydro-électrique, de larges étendues de terres arables et un climat tropical couplé avec d’abondantes pluies. Ces éléments en font un paradis pour une faune et une flore extrêmement diversifiée. Situé sur la côte sud-ouest de l’Afrique, ce pays dispose d’une superficie de 1 246 700 km2 incluant 1650 km de côtes baignées par l’Océan Atlantique et riches d’une grande diversité de vie marine.  Cette situation privilégiée fait de l’Angola une plate-forme stratégique incomparable qui ouvre la voie vers l’intérieur des terres (notamment vers les pays limitrophes qui n’ont pas accès la mer) et aux marchés importants que représentent les contrées d’Afrique centrale et méridionale ainsi qu’aux pays qui bordent le Golfe de Guinée.

Après son accession à l’indépendance, l’Angola a traversé une guerre civile de près de 30 ans, période qui a vu défiler son cortège de terribles conséquences : destruction massive des infrastructures,  problèmes d’approvisionnement, faiblesse des services sociaux, traumatismes au sein de la population et dégâts irréparables subis pas toutes les familles confrontées à ce type de tragédie.  Après les accords de paix signés en 2002, le pays a tourné la page et s’est lancé dans un processus de reconstruction nationale dont la priorité a été la remise sur pied des infrastructures de base et le développement de programmes d’intégration sociale dans le but de dépasser les dégâts que le conflit avait provoqués.


Une croissance économique stable
Actuellement, l’Angola est l’une des économies dont le croissance – à deux chiffres entre 2000 et 2010 –  est l’une des plus rapides parmi celles que l’on trouve en Afrique; le sommet étant l’année 2007 avec un taux de 23,2%. C’est l’un des leaders de la production de pétrole an Afrique sub-saharienne, il occupe la deuxième place, après le Nigeria, dans le classement des pays exportateurs de pétrole du continent avec 1,8 millions de barils par jour.

Malgré sa situation difficile, due à la crise économique et financière des marchés internationaux, les prévisions de croissance et de développement dans laquelle se trouve actuellement le pays sont encourageantes. La croissance économique se maintient à un taux stable de 6,8% (2013), 3,9% (2014), 3,0% (2015) et à une estimation de 3,3% pour 2016.

Finances : le retour de la confiance
Ces deux dernières années ont vu l’Angola faiblir légèrement sur le plan du crédit financier international par le fait des agences de notation comme Moody’s, Standard & Poor. Aujourd’hui, il y a des signes très encourageants pour que ce pays recouvre une bonne note sur les marchés dans les domaines financiers et macroéconomiques.  Moody’s lui a accordé une note de Ba2 en octobre 2015, ce qui a permis la création d’obligations-titres et de bons du Trésor.

Les activités se déploient sur les deux fronts : le marché intérieur et les marchés étrangers, plus particulièrement par l’achat récent d’euro-obligations, ce qui démontre une grande confiance des marchés européens dans la stabilité financière de l’Angola. La dette extérieur s’élève à peu près à 27,6% du PIB (2014), ce qui n’est pas mal du tout si l’on compare cette donnée à celle de certains pays développés.

Un autre signe du retour de la confiance sur le plan international est l’annonce récente faite par  l’organisation inter-gouvernementale FATF-GAFI (Financial Action Task Force against Money Laundering) qui lutte contre le blanchiment d’argent à l’échelle internationale. Une évaluation a été faite dans le but de déterminer la capacité de l’Angola à répondre aux conditions exigées pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

C’est une excellente nouvelle pour le système financier de ce pays car cela donnera un accès plus grand, pour ses banques, aux systèmes de changes avec des correspondants internationaux (cash service) et permettra ainsi un achat plus facile de devises, ce qui est indispensable pour les transactions internationales dans le cadre de l’import-export.

investissements et ouvertures de marchés

Quant aux perspectives dans le domaine commercial, les faiblesses et les défis mentionnés ci-dessus peuvent se transformer en occasions pour l’innovation et la diversification : des entreprises peuvent en profiter et prendre des initiatives puis, quand c’est possible, réinvestir une part des ressources disponibles dans de nouveaux projets locaux.

Les investisseurs privés ont un accès libre et inconditionné à tous les secteurs de l’économie à l’exception des industries considérées comme sensibles (défense et sécurité nationale qui sont exclusivement gérés par l’État.  Cet accès libre inclut les projets de développement des infrastructures.

Atouts du marché angolais

  • Abondantes ressources naturelles : pétrole, diamants, littoral, ressources hydrographiques très importantes avec un grand potentiel pour l’énergie hydro-électrique, climat tropical et pluies abondantes, riches faune et flore, grandes étendues de terres arables.
  • Infrastructures idéales pour des modes de transports multiformes (aériens, terrestres et maritimes)
  • Investissements publiques destinés à la création et à la modernisation les infrastructures économiques et sociales (routes et chemins de fer, ports et aéroports, écoles et hôpitaux, barrages et stations hydro-électriques, télécommunications et réseaux d’énergie…).
  • Ressources humaines jeunes, très actives et ayant soif d’apprendre (population de plus ou moins 24,3 millions d’habitants dont 50% ont moins de 21 ans), classe moyenne en croissance.
  • Marché en expansion :état membre de la SADC  (Communauté de développement d’Afrique Australe) qui comprend plus des 250 millions de consommateurs.
  • Absence de conditions pour l’apparition de catastrophes naturelles telles que les inondations, les tremblements de terre, les cyclones ou les éruptions volcaniques.

Le marché offre d’excellentes occasion de conclure des affaires dans de nombreux domaines pour les investisseurs présents et futurs, particulièrement dans les secteurs suivants :

  • Agriculture, activités agro-alimentaires et activités forestières.
  • Mécanique, systèmes d’irrigation, fertilisants, alimentation, sélection et stockage
  • Pêche
  • Equipement pour la pêche, matériel pour le traitement du poisson etc.
  • Usines
  • Transformation des produits primaires et production de masse de biens de consommation
  • Education
  • Etudes supérieures, formations techniques et professionnelles
  • Soins de santé
  • Médecine préventive, industrie pharmaceutique et services spécialisés
  • Banques et services financiers
  • Assurances, nouveaux produits financiers, fonds de couverture ou hedge funds, règles de conformité
  • Technologies de l’information
  • Systèmes de sécurité, e-commerce…
  • Tourisme
  • Infrastructures, services au consommateur final
  • Elargissement de l’offre du secteur tertiaire, accent mis sur les services
    Franchises, garanties, éditions et médias…

Apiex (Angolan Agency for the Promotion of Investments and Exports): un nouvel acteur dans la promotion du commerce extérieur et des investissements 

La réglementation sur les investissements statue que la responsabilité d’évaluer et d’approuver des projets d’investissements privés ressort du gouvernement. A cette fin, l’Agence angolaise de promotion des investissements et des exportations (APIEX) fut créée en septembre 2015 (décret 184/15) en tant que nouvelle structure dépendant du ministère du commerce. Elle remplaça l’ancienne Angolan National Private Investment Agency (ANIP).

L’APIEX est investie de la mission de promouvoir les investissements, les exportations, les marques et les produits locaux. Elle doit aussi fournir aux investisseurs privés des informations et une aide pour qu’ils puissent travailler dans le cadre juridique de l’Angola. Son rôle est aussi de faire connaitre les potentialités économiques et commerciales du pays.  Son siège est situé à Luanda mais l’Agence peut ouvrir des bureaux partout dans le pays ainsi que des bureaux de représentation à l’étranger.

POURQUOI INVESTIR EN ANGOLA ?

  • Stabilité politique dans le pays et dans la région
  • Position géographique stratégique du pays pouvant, de ce fait, servir de plate-forme menant à l’intérieur des terres (notamment à des pays n’ayant pas accès à la mer) et aux marchés importants que représentent les pays d’Afrique centrale et méridionale ainsi qu’à ceux qui bordent le Golfe de Guinée.
  • Environnement commercial attractif et excellentes perspectives de croissance
  • Croissance économique stable (avec une moyenne annuelle de 4,5%)
  • Environnement juridique spécialement destiné aux besoins du pays
  • Législation conçue pour protéger les investisseurs privés : l’Angola a ratifié des conventions internationales dans ce sens, notamment la MIGA (World Bank Agency Multilateral Investment Guarantee), la WIPO (World Intellectual Property Agency) et la PC-PIIP (Paris Convention for the Protection of Intellectual Property).
  • L’Angola vient d’entrer dans une phase de transition qui ferait passer la pays du stade de LDC (Least Developed Country ou Pays les moins développés) au stade de Pays à moyens revenus pour l’année 2020.
  • La résolution a été approuvée par l’Assemblée générale  des Nations-Unies en février 2016, à New York.

Pour plus d’informations :

Ministério do Comércio
Ministère du commerce
Palácio de Vidro
Largo 4 de Fevereiro
Luanda – Angola

Ministério do Comércio
www.minco.gov.ao

Governo de Angola
www.governo.gov.ao

APIEX

Agence angolaise pour la promotion des investissements et du commerce.
Rua Kwamme NKrumah 164
Maianga
Luanda – Angola

T + 244 222 39 14 34
F + 244 222 39 33 81
www.apiexangola.co.ao

Embaixada de Angola na Bélgica

Ambassade d’ Angola à Bruxelles
Rua Franz Merjay 182
1180 Bruxelles – Belgique

T + 32 2 346 1880
F + 32 2 344 0894
www.emb-angola-brux.org

Embaixada de Angola na Holanda

Ambassade d’Angola aux Pays-Bas
Lange Voorhout 46
2514 EG S-Gravenhage
La Haye – Pays-Bas

T + 31 70 302 0057
F + 31 70 346 7861
www.angola-embassy.nl

Representação Comercial de Angola
Office du commerce de l’Angola au Benelux
Boulevard Auguste Reyers 161
1030 Bruxelles Belgique

T + 32 2 219 5158
T + 32 2 219 0635
F + 32 2 219 43 42
angolatrade.benelux@skynet.be
www.angolatradeoffice.com