EGYPTE : SOUBRESAUTS ET VITALITÉ ÉCONOMIQUE

0
1756

Comme de nombreux pays, l’économie égyptienne sort d‘une période de crise et d‘instabilité économique qui a débuté avec la crise financière mondiale de 2008-2009 et a été fortement exacerbée par la révolution du 25 janvier 2011 et ses conséquences.

Après plusieurs années de mesures d‘urgence, le gouvernement égyptien a adopté fin 2016 un programme de stabilisation pluriannuel parrainé par le Fonds Monétaire International, qui est toujours en cours. Ce programme a permis de juguler les importants déficits de la balance des paiements et du budget et de rétablir la croissance économique. L‘impact de la crise et du programme de stabilisation qui a suivi sur la quantité et la qualité de l‘emploi dans l‘économie égyptienne n‘a pas encore été déterminé.

Un solide rebondissement avant la guerre en Ukraine a soutenu une augmentation de la croissance économique à 6,6 % au cours de l‘exercice 2021/22, soit le double du rythme de l‘année précédente. Cependant, l‘activité économique a subi l‘impact négatif de multiples chocs mondiaux, comme le montrent les indicateurs avancés de ces derniers mois, notamment l‘augmentation du coût des intrants nationaux et importés. L‘inflation urbaine globale et l‘inflation de base se sont accélérées en raison de la dynamique des prix mondiaux, de la dépréciation du taux de change et des goulets d‘étranglement de l‘offre intérieure.

Malgré l‘ajustement de la politique monétaire, la guerre en Ukraine a intensifié les pressions préexistantes sur les comptes extérieurs. Les réserves officielles et les avoirs en devises ont fortement diminué, atteignant conjointement 37,4 milliards de dollars US à la fin août 2022 (contre 54,5 milliards de dollars US à la fin février 2022) – malgré le soutien financier du CCG ainsi que l‘émission réussie de la première obligation samouraï de l‘Égypte.

En tant que pays aride et soumis à un stress hydrique, l‘Égypte est très vulnérable au changement climatique. Elle figure au 120e rang du GCRI 2021, mais a réduit ces dernières années ses émissions de CO2 par habitant. Ses secteurs les plus sensibles sont l‘eau et l‘agriculture. Il est essentiel d‘améliorer la gestion des ressources en eau car l‘agriculture est un secteur clé, qui fournit des moyens de subsistance à 55 % de la population, emploie 23,3 % de la main-d‘œuvre et représente 22 % des importations de biens en 2019. L‘énergie, les transports, les déchets et l‘industrie sont également au cœur des actions d‘atténuation et de l‘engagement du gouvernement dans sa stratégie nationale sur l‘économie verte lancée en 2016.

L‘environnement macroéconomique global de l‘Égypte durant l‘exercice 2022/23 devrait être miné par les chocs simultanés, avant de commencer à s‘améliorer à moyen terme. La création d‘un espace budgétaire reste cruciale pour faire progresser le capital humain et physique de la population égyptienne, qui dépasse 104 millions de personnes.

L’économie égyptienne post-covid : entre COP27 et nouvelle capitale, un rayonnement pyramidal pour une nouvelle ère

Il est essentiel d’améliorer la gestion des ressources en eau car l’agriculture est un secteur clé, qui fournit des moyens de subsistance à 55 % de la population, emploie 23,3 % de la main-d’œuvre et représente 22 % des importations de biens en 2019.