FAIRE LE BIEN & LE FAIRE BIEN

0
581

Bernard de Gerlache, Past-président, Administrateur et Président de la section RDC s’est confié à l’heure où il a décidé de passer le flambeau au sein du Conseil d’Administration. Entretien avec une personnalité dont la diplomatie, le dévouement et la finesse auront marqué l’histoire de la CBL-ACP. 

J’ai rejoint le Conseil d’Administration de la CBL-ACP dans les années 90 en tant qu’Administrateur-Délégué de la SIPEF, qui avait des investissements importants en RDC et en Côte d’Ivoire. Après quelques années, le Président Karel Buytaert s’est retiré et mes collègues du Conseil d’Administration m’ont demandé de prendre la relève, ce que j’ai accepté. La vie m’a appris qu’il y a toujours des synergies dans les différentes activités que l’on a, les unes aidant les autres en remplissant bien une journée de 24 heures. 

La régionalisation du commerce extérieur fut l’un des chantiers principaux de ma présidence : il fallait établir des relations avec les régions, ce qui représentait un surcroît de travail. Dans des environnements lointains, l’ambassade reste cependant le point central de contact, auquel s’adossent les conseillers régionaux. La CBL-ACP a su garder sa légitimité en tant que chambre « fédérale » et reste un point de contact central pour tous les acteurs. Le maintien et l’augmentation du nombre de membres, de 160 à 240, étaient un second chantier, sans oublier l’établissement des relations avec l’Europe via EBCAM.
Tout cela, en préservant une bonne entente au sein du Conseil d’Administration et en veillant toujours à « faire le Bien et le bien faire ». 

La mission au Congo en 2001, lors de l’arrivée du jeune Joseph Kabila à la présidence, fut l’une des plus marquantes. Nous avions élaboré un mémorandum très précis, en collaboration avec la Fédération des entreprises du Congo, reprenant toutes les recommandations des entreprises belges. Certaines ont été mises en place. Pas toutes et pas assez, mais le climat des affaires s’est peut-être amélioré dans le sens où des infrastructures ont été mises en place. Une mission que nous songeons à réitérer en RDC dans les mois à venir.