Le Nouveau Partenariat global et stratégique entre la Chine et la RDC

0
1736

Notre société « China Euro Services » est un bureau d’achat belge basé en Chine et en Belgique travaillant sur de grands projets en République Démocratique du Congo (RDC), nécessitant des équipements chinois pour des projets dans l’agriculture, le transport maritime, la décoration intérieure et l’énergie solaire.

A ce titre, nous sommes au cœur des relations commerciales entre la Chine et la RDC qui ont fortement évoluées ces derniers mois. Dans cet article, nous souhaitons expliquer l’évolution récente des relations sino-congolaises, qui dans le cadre de la transition énergétique nécessaire pour combattre le réchauffement climatique, deviennent stratégiques pour le monde entier.

La visite du président Tshisekedi en Chine

Le Président de la RDC, Félix Tshisekedi a effectué sa première visite d’Etat en Chine du 25 au 29 mai pour renégocier les grands contrats miniers signés sous le précédent gouvernement Kabila. Il a, par la même occasion, relancé les relations sino-congolaises sur une nouvelle base au travers d’un nouveau partenariat stratégique global entre les deux pays. Le nouveau partenariat a été signé lors de sa rencontre avec le Président Chinois Xi Jing Ping à Pékin. Cette visite était la première visite d’Etat en Chine pour le président Tshisekedi ainsi que pour ses ministres et membres de la grande délégation qui l’accompagnait.

Le Président de la RDC souhaite une renégociation du plus grand contrat minier sino-congolais signé en 2008 qui a conduit à la JV « Sicomines », aussi nommé contrat du siècle en RDC car, il comprenait un apport de 3 milliards de USD en travaux d’infrastructures contre d’énormes gisements miniers au Katanga. L’objectif du président Tshisekedi est de rééquilibrer la participation propre de son pays dans la Sicomines car à peine 1 Milliard, environ, d’investissements chinois a réellement été investi dans des travaux d’infrastructures publiques. De plus, la richesse des gisements en question a visiblement été sous-estimée par rapport à ce qui est mentionné dans les contrats.

« Il est nécessaire que l’Afrique s’industrialise plutôt que de simplement exporter ses matières premières. A long terme les usines de transformation de matières premières ne devraient plus être en Chine mais en Afrique »

Une autre dispute concernant une autre JV, entre la Gécamines et un grand groupe minier chinois pour la mine de TFM, une de plus grandes mines de cuivre au Congo, a conduit au blocage de cette mine pendant un an. Ce blocage est désormais en voie de résolution.

Le Président congolais Félix Tshisekedi a également insisté sur son désir
d’apporter plus de valeur ajoutée aux exportations congolaises en transformant davantage les matières premières exportées en produits finis ou semi finis sur place, en RDC.

Par exemple, un protocole d’accord pour produire des batteries lithium pour les voitures électriques a été évoqué.

La même demande de transformation des denrées agricoles en produits finis emballés selon des standards internationaux provient des coopératives agricoles et plantations pour pouvoir exporter des produits de plus grande valeur.
Notre société est active dans la gestion et installation de chaines de transformation alimentaire du café ou du cacao en produits finis emballés sous vide, exportables partout dans le monde.

Nous avons aussi fourni huit minoteries pour produire de la farine de maïs et de manioc d’une capacité de 30 à 100 MT par jour pour transformer les récoltes de maïs et manioc en produit alimentaire de base pour la population locale et réduire les importations en provenance des pays voisins.

La plus grande foire commerciale entre la Chine et l’Afrique.

La China-Africa Economic and Trade Expo (CAETE) est devenue la plus grande foire commerciale pour le commerce de produits finis et de denrées agricoles africaines en Chine. Cette foire a lieu une fois par an depuis trois ans, à Changsha dans la province chinoise du Hunan, elle s’est tout juste déroulée du 29 juin au 3 juillet 2023.

La Province de Hunan s’est imposée comme un des hubs pour le commerce sino-africain grâce à cette foire et à d’autres initiatives comme une liaison aérienne directe avec l’Éthiopie ; a des plateformes d’échange de café et de cacao et à un centre de payement en monnaie chinoise.

Cette plaque tournante des échanges sino-africain permet aux entrepreneurs africains d’y exporter leur café, piments, fleurs, avocats, etc. Le chiffre d’affaires du commerce sino-africain se chiffrait à 3.14 milliards d’USD pour les
4 premiers mois de 2023. Il faut noter que ce sont les petites sociétés privées qui représentent 89 % de ce montant en opposition aux grands groupes miniers qui sont situés dans d’autres provinces de Chine.

Pour mettre en avant leurs atouts, les huit pays mis à l’honneur durant l’exposition, dont la République Démocratique du Congo faisait partie, disposaient d’un hall spécial financé par la Chine avec de vastes stands pour mettre en avant leurs marchandises et leurs projets d’investissements.

Un second hall a été mis à la disposition de sociétés africaines pour exposer leur produit divers : miel, café, cacao, piment, noix, cuir et produits d’habillement.

L’exposition a attiré 53 pays africains et plus de 1700 invités étrangers. Elle est devenue le point de rendez-vous incontournable pour le commerce et les relations sino-africaines. De très nombreux forums, conférences et séminaires ont été organisés par les autorités chinoises et les ambassadeurs ou ministres des pays africains invités.

L’Ambassade de la RDC à Pékin a profité de cette grande exposition et de la présence d’une délégation congolaise pour organiser une fête spéciale pour célébrer l’indépendance de la RDC le 30 juin à l’Hôtel Kempinsky, Notre société a eu l’honneur de sponsoriser cet évènement avec des « bières belges » pour célébrer comme il se doit le jour de l’indépendance avec nos frères congolais.

La relance des relations sino-congolaises est un fait marquant pour l’économie globale car les deux pays jouent un rôle crucial dans la production des batteries au lithium et autres composants indispensables, pour les téléphones mobiles. En effet, d’une part le Congo est le premier producteur mondial de cobalt et, un des plus grands exportateurs de cuivre et coltan indispensable pour la fabrication des batteries et téléphones mobiles. D’autre part, la Chine contrôle plus de 80 % des mines en RDC.  Comme du temps de Mobutu avec l’uranium pour les bombes atomiques le pays redevient stratégique pour la planète. Il serait bon que les Européens s’impliquent et s’informent davantage dans les relations sino-congolaises qui ne sont pas aussi simples que celles décrites dans les médias européens.

Les Belges peuvent profiter de leur longue expérience en RDC, de leur connaissance de la langue et du milieu des affaires congolaises pour jouer un rôle d’intermédiaire et de service dans des joint-ventures tripartites entre la Chine, la Belgique et la RDC.