L'économie numérique en RDC

0
576

Hub informatiques, start-up numériques, l’économie du digital fait son apparition en République démocratique du Congo. Avec plus d’1 milliard d’abonnés mobiles, les opportunités d’affaires sont nombreuses. Les nouvelles technologie de l’information et de la communication (NTIC) pourraient devenir ainsi un moteur de la croissance et d’emplois, élément clé dans l’évolution vers le statut de marché émergent de la RDC. Plusieurs initiatives existent pour réduire la fracture numérique existante, tandis que des « hub numériques » se multiplient. Un univers virtuel qui ouvre le champ des possibles…

L’arrivée des nouvelles technologies de l’information et de la communication a révolutionné les canaux traditionnels de diffusion des informations et du commerce. Ouvrant le champ des possibles, ces technologies permettent une communication instantanée, à large public et une libération du monde des affaires. En RDC aussi, les autorités espèrent booster la croissance à l’aide des NTIC. Si les conditions d’affaires sont importantes, les infrastructures doivent aussi suivre.

« Les technologies numériques transforment le monde des affaires, du travail et de l’administration publique. Nous devons continuer à connecter tout le monde et ne laisser personne sur la touche, parce que le coût des opportunités perdues est énorme. Mais pour que les dividendes du numérique soient largement partagés entre toutes les franges de la société, les pays doivent aussi améliorer leur climat des affaires, investir dans l’éducation et la santé et promouvoir la bonne gouvernance », a confié Jim Yong Kim, président du Groupe Banque mondiale en 2016.

Une équipe d’experts du Ministère des Postes, Téléphones et Télécommunications de la RDC a élaboré un document de politique sectorielle afin de faire entrer la RDC de plein pied dans la société mondiale de l’information. Elle vise à

Améliorer l’accessibilité des services de télécommunications

Créer une infrastructure nationale et internationale haut débit

Garantir l’accès universel aux technologies de l’information sur l’ensemble du territoire

Promouvoir un marché des télécommunications concurrentiel, cohérent et innovant

Améliorer la contribution des nouvelles technologies de l’information au développement économique et social du pays.

La fibre optique a fait son arrivée en 2013, grâce à la station d’atterrage du West African Cable System à Muanda. Ce câble et son point d’atterrage présente un net avantage de rapidité de la connexion et a représenté un investissement de 600 millions de US $ par un consortium d’opérateurs de télécommunications multinational. Le câble se déploie sur 14 000 km de long et permet un débit de 3,84 Térabits par seconde soit 192 millions de communications téléphoniques simultanées. Reste évidemment à assurer la connexion à travers toute la RDC. La ligne en fibre optique Muanda-Kinshasa et celle de Kinshasa-Lubumbashi-Muanda de 3.300 km sont d’importants facteurs de succès, dont l’utilisation et l’exploitation devront permettre aux entrepreneurs de découvrir l’e-business.

Le World Bank Central Africa Backbone Project, « CAB5 », programme financé par la Banque Mondiale a pour objectif d’installer le réseau de lignes de fibres optiques au niveau régional en RDC, permettant également un lien vers le Rwanda, l’Uganda, le Burundi, la Tanzanie et la Zambie. Le projet d’un coût de 92,1 million de dollars a pour objectif de permettre l’émergence d’une économie digitale inclusive en stimulant la connaissance de NTIC, la création d’opportunités d’affaires pour des entreprises en informatique locale et la promotion du secteur.

En outre, il est prévu de commercialiser le réseau « CAB5 » au travers de partenariats Public/Privé. programme du gouvernement financé par la Banque Mondiale qui a pour objectif de faciliter l’insertion de la RDC dans l’économie mondiale par l’intégration progressive des NTIC au niveau de tous les acteurs : l’Etat, les administrations, les entreprises et les citoyens.

PEPELE Mobile

Les banques ont compris l’importance d’intégrer ce nouveau mode de fonctionnement dans leur business plan. La Trust Merchant Bank a ainsi annoncé le 22 mai 2017 un partenariat majeur avec la Poste congolaise, permettant une expansion significative du réseau PEPELE Mobile dans les zones rurales du pays. Soixante bureaux seront rénovés sur un réseau en comptant plus de 350. PEPELE Mobile, seule solution bancaire mobile disponible en RDC sera proposé dans l’ensemble des bureaux. Un pari économique sur le potentiel des transactions mobiles en RDC.

Selon le directeur général de la banque, Oliver Meisenberg, « la promotion de l’inclusion financière est au coeur des pratiques de la TMB. Avec PEPELE Mobile, nous ambitionnons de faire de l’inclusion financière une réalité pour tous les Congolais, de créer des opportunités d’emplois, de soutenir la croissance économique et d’apporter des améliorations significatives à l’efficacité des opérations de nos clients ».

Start-up digitales

Tendance et très séduisantes, les start-up digitales sont également présentes en République démocratique du Congo. Comparateur de prix, musique digitale et codage sont trois domaines dans lesquels de beaux exemples congolais existent au sein des hubs technologiques.

A Kinshasa, des plateformes de soutien existent pour les entrepreneurs qui souhaitent développer leurs idées en s’appuyant sur des partenaires. Parmi celles-ci, « Le Hub » ou “Konnect SAS” sont des incubateurs qui aident les jeunes starters à développer l’idée et pérenniser l’activité afin de pouvoir l’étendre à l’ensemble de la République démocratique du Congo voir plus. Une manière de réduire concrètement la fracture numérique tout en développant l’économie.

Des startups qui fonctionnent existent déjà à Kinshasa: ainsi, il y a lemeilleurpix.cd, un comparateur de prix, Baziks Entertainement, plateforme de musique en ligne similaire à deezer et bien d’autres ? suivants. Le fondateur de la start-up, Baya Ciamala, rêve de transformer le marché de la musique digitale en une économie forte pour la RDC. Il souhaite également qu’à travers la musique digitale les artistes congolais puissent gagner correctement leur vie.

Ces initiatives n’en sont qu’à leurs débuts et de nombreuses conférences sur les start-up digitales ont pour objectif d’enraciner ces bourgeons dans l’économie congolaise. Début juillet, #KonnectSummit, une conference internationale rassemblera les différents acteurs du monde digital pour présenter les opportunités les plus intéressantes dans le secteur des technologies pour des investisseurs locaux et internationaux en se concentrant sur des exemples concrets de réussites à travers le continent. Le but étant la création d’un écosystème du numérique et des startup plus dynamique. Une opportunité en or pour explorer les potentiels du digital congolais…

Succes story

Emixis, le fabricant belge de balises GPS et de solution de tracking SECURYSAT a pris position en RDC depuis 2015 en signant un accord de distribution avec la société KWANEEMA installée à Kinshasa. Pour EMIXIS, il semblait évident d’investir dans ce grand pays qui présente un fort potentiel de développement et présente des relations privilégiées avec la Belgique. L’investissement sur place à travers plusieurs salons, soutenu par une présence locale permanente, lui a permis d’ouvrir de nouveaux marchés tant dans le secteur du transport de carburant que pour la protection des fonds assurée pour le secteur bancaire. Les entreprises utilisent ainsi SECURYSAT au quotidien pour contrôler les mouvements de leurs véhicules légers et lourds.

Pour adresser le marché congolais en solution de géolocalisation, « nous devons régulièrement affronter le challenge de la connectivité et la présence de zones blanches des opérateurs téléphoniques qui fournissent le réseau pour l’envoi des données par les véhicules équipés de Securysat », indique Emilie Samson, Responsable Export Afrique chez Emixis. Cela étant, les clients réalisent de belles économies : ils bénéficient d’un prix fixe pour l’abonnement à Securysat et suivent les déplacements de leurs véhicules dans quasiment tous les pays d’Afrique sans devoir acquitter des frais de roaming difficilement contrôlables.

Grâce à des fonctionnalités adaptées à l’Afrique, comme l’envoi programmé de rapports et d’alertes par email et SMS, le challenge de la connectivité Internet s’avère contourné de manière efficace et rend la solution opérationnelle pour de nombreux dirigeants à la recherche d’outils pratiques et faciles à manipuler par leurs équipes. La problématique du vol de carburant est régulièrement adressée, et parmi les nouveautés de 2017 pour accompagner ses clients, Emixis s’apprête à lancer un module avancé pour la gestion de la maintenance des véhicules. Aujourd’hui Emixis reste convaincu d’avoir fait le bon choix et poursuit ses investissements en Afrique. La société revient de son dernier voyage en RDC, où elle a exposé ses dernières innovations lors de la semaine minière du Katanga et tenu un événement privé à Kinshasa. La fabricant renommé espère ainsi ajouter les entreprises minières à sa communauté d’utilisateurs congolais en 2017. Enfin, elle travaille à réviser son offre pour le suivi des motos en Afrique.