Aperçu de la visite royale du mois de Juin 2022 en République Démocratique du Congo

0
367

La visite royale en République Démocratique du Congo a eu lieu du 7 au 13 juin. LLMM le Roi et la Reine étaient accompagnés du Premier Ministre, chargé des Affaires étrangères, Alexander De Croo, de la Ministre de la Coopération au Développement Meryame Kitir et du Secrétaire d’État chargé de la Politique Scientifique, Thomas Dermine.

Cette visite officielle a eu lieu sur invitation du Président Félix Tshisekedi, initialement à l’occasion du 60ème anniversaire de l’indépendance du Congo. Il s’agit de la première visite royale en RDC depuis celle de SM le Roi Albert II pour le 50e anniversaire de l’indépendance en 2010. Elle a été reportée à trois reprises, d’abord en 2020 et 2021 pour cause de pandémie, puis début mars dernier, suite à l’agression russe de l’Ukraine fin février.

La visite marque l’intérêt continu de la Belgique vis-à-vis de la République démocratique du Congo et l’importance que nos deux pays attachent à cette relation inscrite dans la durée. La Belgique souhaite continuer à collaborer étroitement avec la RDC car elle est persuadée que le Congo et sa population ont un rôle important à jouer dans tous les grands enjeux contemporains, y compris ceux qui affectent directement nos compatriotes.

Elle s’inscrit dans le cadre de la relance du partenariat entre la Belgique et la RDC entamée en 2019 dans le cadre de l’engagement du Président Tshisekedi à mener des réformes profondes en vue du développement économique et social du pays. Sur le plan bilatéral, des mesures ont été rapidement prises pour imprimer une nouvelle dynamique à nos relations.

La visite officielle en Belgique en septembre 2019 – la première visite d’un président congolais en Belgique depuis 2007 et le premier passage du Président Tshisekedi en Europe depuis son investiture – a permis d’officialiser cette relance. Trois mémorandum d’accord furent signés dans le domaine des affaires étrangères, de la coopération au développement et des finances.

Plusieurs visites et consultations bilatérales ont eu lieu depuis lors, tant en Belgique qu’en RDC. La Première Ministre Sophie Wilmès s’est notamment rendue en RDC en février 2020, accompagnée du Vice-Premier Ministre Alexander De Croo. En novembre 2021, la ministre de la Coopération au Développement Meryame Kitir s’est rendue en RDC accompagnée du Secrétaire d’Etat Dermine. Récemment en mars, une mission économique tri-régionale – la première sur le continent depuis le début de la pandémie – a été organisée en RDC et a connu la participation de plus de 80 entreprises. En parallèle, diverses visites congolaises de haut niveau ont également eu lieu en Belgique, notamment la venue du Président Tshisekedi à l’occasion du sommet UE-Afrique en février dernier.

Les relations bilatérales ont également pris un nouveau tournant depuis la lettre historique de SM le Roi Philippe adressé au Président congolais à l’occasion du 60ème anniversaire de l’Indépendance.

La présence du Secrétaire d’Etat Dermine a permis de marquer l’adoption de la loi belge et de continuer les contacts avec la RDC en vue de la désignation d’une personne de référence pour la mise en oeuvre de cette nouvelle dimension de notre relation bilatérale.

La RDC reste le premier bénéficiaire de l’aide publique belge au développement. Un nouveau programme de coopération au développement pour 5 ans est à un stade de préparation avancé. Il est prévu que ce portefeuille soit signé avant la fin de l’année 2022, ce qui devrait permettre à la Belgique de contribuer aux efforts des autorités congolaises, en particulier dans le domaine de l’éducation, de la santé, de l’agriculture et de la gouvernance financière. Le nouveau portefeuille placera aussi la jeunesse, les femmes et les filles au coeur de l’action. L’aide publique au développement belge comprend également une importante coopération non-gouvernementale mise en oeuvre par les ONG, universités et institutions scientifiques, l’aide humanitaire et différentes contributions à des organisations multilatérales. La Ministre Kitir a eu l’occasion de mettre en valeur plusieurs aspects de la coopération belge lors de la visite.

La République démocratique du Congo est le premier pays bénéficiaire de l’aide publique belge au développement et la Belgique y est le 4ème bailleur bilatéral (après les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne). En moyenne, entre 90 et 100 millions d’EUR d’aide publique au développement belge ont été affectés annuellement à la RDC ces 5 dernières années.

Il existe différents canaux de financement au sein de la coopération au développement belge. En ce qui concerne la coopération gouvernementale pour la RDC :

Celle-ci est mise en oeuvre par Enabel (agence belge de développement, anciennement CTB) et représente entre 25-30 MEUR/an. Ses principaux secteurs d’intervention sont l’appui à l’agriculture familiale agroécologique, l’appui à l’enseignement technique et à la formation professionnelle avec un accent sur la mise à l’emploi effective des jeunes formés, la santé (renforcement du système de santé, lutte contre les violences basées sur le genre) ainsi que divers programmes d’infrastructures (eau, électricité) et en renforcement des compétences (bourses, études et expertises…).

 

Cette coopération est présente dans 10 provinces: la Tshopo, le Kasaï Oriental et la Lomami qui sont les grandes zones d’intervention mais également le Sud-Ubangi, la Mongala, le Maniema, le Sud-Kivu, le Haut-Katanga, le Lualaba et la ville-province de Kinshasa.

Actuellement, un nouveau portefeuille 2023-2027 est en cours d’élaboration et fait l’objet de discussion avec le partenaire congolais. Les priorités de ce nouveau portefeuille devraient porter sur :

  1. la valorisation du potentiel de la jeunesse congolaise à travers le développement d’une conscience culturelle et sociale et la formation pour l’insertion et l’intégration socio-économique ;
  2. l’accès aux services sociaux de qualité à travers l’appui à l’éducation de base, aux services de santé et à la mise en place d’un système de protection sociale ; 
  3. l’appui à l’agriculture familiale et à l’entrepreneuriat agricole ;
  4. et l’appui à la consolidation de la démocratie et de l’état de droit à travers un appui particulier à la gouvernance financière, la participation citoyenne et la lutte contre les violences basées sur le genre et l’impunité.

Source : Cabinet du Premier Ministre De Croo et du Secrétaire d’État Dermine