Aperçu économique de la nouvelle République Démocratique du Congo post-covid19

0
702

APERÇU GLOBAL DU CONTINENT

Produit Intérieur Brut du continent

Le produit intérieur brut (PIB) réel de l’Afrique a fortement rebondi en 2021, avec une croissance de 6,9 %. Ce rebond a été soutenu par la reprise de la demande mondiale, la hausse du prix du pétrole qui a profité aux économies exportatrices de pétrole, l’assouplissement des restrictions COVID-19 dans la plupart des pays, ainsi que la croissance associée de la consommation intérieure et des investissements.

Comparaison régionale des fluctuations du PIB

En 2021, la croissance économique était la plus élevée en Afrique du Nord (11,7 %) et en Afrique de l’Est (4,8 %). La croissance moyenne en 2021 en Afrique de l’Ouest était de 4,3 % et devrait rester élevée à 4,1 % en 2022. En Afrique Centrale, la croissance devrait atteindre 4,6 % en 2022, contre 3,4 % en 2021. La croissance de l’Afrique Australe, estimée à 4,2 %, représente la plus forte reprise, après une contraction de 6 %, soutenue par une forte reprise au Botswana (12,5 %), à Maurice (4 %) et en Afrique du Sud (4,9 %). La croissance de la région devrait ralentir pour atteindre 2,5 % en 2022, les effets des importantes mesures de relance budgétaire s’atténuant.

Variables externes : Covid-19 et la situation dans l’Est de l’Europe

Les retombées du conflit entre la Russie et l’Ukraine et les sanctions prises à l’encontre de la Russie pourraient entraîner une baisse de la production mondiale plus importante que prévu. La combinaison d’un faible taux de vaccination contre le COVID-19 et de l’émergence de nouveaux variants du COVID-19 pourrait obliger les pays à maintenir certaines restrictions. Parmi les autres facteurs négatifs, citons l’aggravation de la vulnérabilité de la dette, le resserrement des conditions financières mondiales avec l’augmentation des pressions inflationnistes, l’effet du conflit entre la Russie et l’Ukraine et des sanctions connexes sur la Russie, les risques climatiques et environnementaux et d’autres questions sociopolitiques et de sécurité. Les facteurs positifs sont l’accélération de la vaccination, les efforts allant vers une résolution globale des problèmes de dette et les politiques visant à accélérer la transformation structurelle et à renforcer la résilience économique.

Aperçu 2022-2023 pour la République Démocratique du Congo

Les perspectives économiques sont encourageantes malgré le conflit entre la Russie et l’Ukraine, avec une croissance du PIB en 2022-23 atteignant 6,4 %, tirée par l’exploitation minière et la relance des activités non extractives. Les investissements prioritaires devraient continuer à soutenir la demande interne. L’amélioration des infrastructures de transport et de logistique devrait favoriser la reprise des activités non extractives, des services et des industries, stimulant les exportations et les recettes fiscales. Les élections de 2023 devraient augmenter les dépenses publiques et creuser légèrement le déficit budgétaire, qui passerait de 1,6 % en 2022 à 1,5 % en 2023. La dette publique devrait s’établir à 22,5 % en 2023. La coordination des finances publiques et des réformes monétaires devrait maintenir l’inflation à environ 6,9 % en 2022-23 et assurer la stabilité du taux de change. L’excédent de la balance courante devrait atteindre 0,8 % en 2022 et 0,1 % en 2023, avec des réserves de change de 3,860 milliards de dollars en 2022 et 4,606 milliards de dollars en 2023, pour 3 mois d’importations. La baisse des prix des produits de base, la demande mondiale de minéraux, le conflit entre la Russie et l’Ukraine et les problèmes de sécurité pourraient compromettre ces perspectives.

Source : WorldBank.org