Leader du secteur bancaire en République Démocratique du Congo : Rawbank

0
1573

Pourriez-vous introduire Rawbank en quelques mots
pour nos lecteurs ?

Rawbank est une banque congolaise de référence ouverte en 2002 à Kinshasa. Notre objectif principal est de contribuer activement au développement socio-économique du pays en offrant une gamme complète de services bancaires de haute qualité à la population.

Progressivement, au fil de nos 20 ans d’activité, nous sommes parvenus à proposer une offre large et diversifiée à destination des particuliers et des entreprises. En plus des offres traditionnelles de banque commerciale, nous offrons des produits d’investissement et avons développé un e-wallet, Illicocash, qui convainc de plus en plus de congolais. Notre choix de concentrer notre engagement sur le territoire congolais nous permet d’avoir une connaissance approfondie, et surtout inégalée, des enjeux du pays.

Plus particulièrement, parce que nous sommes convaincus que leur développement va de pair avec celui du pays, nous avons à cœur d’accompagner autant que possible les acteurs clés de l’économie congolaise. Que ce soient les entreprises de la chaîne de valeur du secteur minier ou les PMEs congolaises, chacun de ces segments de clients fait l’objet d’offres dédiées pour leur permettre de développer dans les meilleures conditions leur activité.

Ce modèle d’affaires fonctionne, et nos indicateurs de performance en témoignent. Les dépôts de notre clientèle se fixent à plus de 3,2 milliards de dollars en 2022, et nous avons octroyé plus d’1,3 milliard de crédits cette même année. Notre résultat net a presque doublé depuis l’an dernier, et se fixe à plus de 81 millions de dollars.

Ces chiffres sont le résultat de l’engagement des 1800 collaborateurs de la banque à fournir des services de qualité en République démocratique du Congo. Nous continuons à travailler avec diligence pour consolider notre position sur le marché bancaire congolais et pour répondre aux besoins financiers de nos clients, qu’ils soient particuliers ou entreprises.

Rawbank est un leader dans le secteur bancaire en République Démocratique du Congo. Comment définiriez-vous la stratégie mise en place sur le continent ?

Depuis le lancement de nos activités nous nous concentrons sur la République Démocratique du Congo.
Ce pays compte plus de 90 millions d’habitants, l’équivalent de plusieurs pays africains, et seulement 6 % sont bancarisés. La bancarisation de la population est un vaste chantier qui demande tout notre engagement.

Cette concentration sur un pays nous permet d’une part d’en maîtriser les spécificités, d’en identifier les défis et d’y apporter des solutions ciblées. Nous développons des offres qui sont pensées par et pour l’ensemble des congolais.  Nous avons par exemple développé des solutions pour accompagner les acteurs de la chaîne de valeur du secteur minier. Ils jouent un rôle déterminant pour la croissance de l’économie congolaise, et nous nous devons de leur permettre d’accéder aux financements nécessaires pour réaliser leurs projets. Cette mission ne se limite pas à ce segment de marché : nous développons des programmes et des offres pour les jeunes, pour les entrepreneuses…

Notre priorité est nos clients et c’est qui nous permet certainement d’occuper cette position sur le marché. Leur confiance est primordiale, et nous nous engageons à continuer à les satisfaire et à mériter cette confiance. Nous sommes constamment en quête d’innovation, prêts à remettre en question nos pratiques lorsque cela est nécessaire, et à lancer de nouveaux produits et services pour répondre aux besoins du marché. De même, nos collaborateurs chez Rawbank sont essentiels. Au cours des dernières années, nous avons demandé à l’ensemble de notre équipe de faire de grands efforts pour développer leur sens des responsabilités et leur culture de la performance. Ils ont accepté ce défi et c’est grâce à notre collaboration que nous avons progressé. Les résultats sont concrets et démontrent que le travail acharné est récompensé. Nous tenons à les remercier pour leur contribution.

Pourriez-vous nous donner un overview du marché bancaire dans la région ? Quelles sont les subtilités à prendre en compte ?

Le marché bancaire de la région présente des opportunités prometteuses pour les institutions financières et offre un potentiel de croissance économique significatif. La stabilité politique croissante dans la région et les réformes économiques ont favorisé un environnement propice aux investissements bancaires. Aussi, les banques commerciales dominent le marché bancaire en Afrique. Elles offrent une gamme complète de services financiers, notamment des comptes courants, des prêts, des services de cartes de crédit
et des services de transfert d’argent.
Certaines banques locales ont également élargi leurs activités pour inclure des services de banque d’investissement et de gestion de patrimoine afin de répondre aux besoins d’une clientèle plus sophistiquée.

En raison de la forte concurrence entre les banques locales et étrangères, l’innovation et la différenciation sont devenues des éléments clés de la stratégie bancaire. Les banques cherchent à diversifier leurs produits et services, à adopter des technologies financières de pointe et à améliorer leur expérience client pour rester compétitives sur le marché. C’est ce que Rawbank a fait en développant, par exemple, la plateforme IllicoCash Mobile Money, qui permet aux clients d’effectuer des opérations bancaires de base via leur téléphone mobile. Cette solution facilite l’accès aux services financiers pour les populations non bancarisées, contribuant ainsi à accroître le taux de bancarisation dans la région. En effet, la bancarisation croissante de la population dans la région offre des perspectives intéressantes. Malgré un accès limité aux services financiers dans certaines régions, de nombreux gouvernements ont mis en place des initiatives visant à promouvoir l’inclusion financière.

Les banques ont ainsi l’occasion d’étendre leur portée en ciblant les populations non bancarisées, en proposant des services financiers mobiles et en établissant des partenariats avec des acteurs locaux tels que les opérateurs de téléphonie mobile.

Le marché bancaire en Afrique centrale doit néanmoins faire face à certains défis. La volatilité des prix des matières premières, qui sont une source importante de revenus pour de nombreux pays de la région, peut avoir un impact sur la stabilité économique et financière. De plus, les infrastructures limitées et les réglementations contraignantes peuvent entraver le développement du secteur bancaire. Enfin, les déficits budgétaires demeurent élevés dans la région, exerçant une pression supplémentaire sur les budgets, notamment pour les gouvernements dont les marges de manœuvre fiscale sont pratiquement épuisées. Les mesures de consolidation seront relancées cette année pour réduire la dette et ramener le déficit budgétaire à 4,3 % d’ici 2023, puis à 3 % d’ici 2024-2025. Le nombre de pays affichant des taux d’inflation annuels moyens à deux chiffres est passé de 9 en 2021 à 21 en 2022. La croissance de l’investissement en Afrique subsaharienne a chuté de 6,8 % entre 2010 et 2013 à 1,6 % en 2021, avec un ralentissement plus prononcé en Afrique de l’Est qu’en Afrique de l’Ouest.

En conclusion, les institutions financières qui réussissent seront celles capables de s’adapter rapidement à l’évolution des besoins et des attentes des clients, d’exploiter les opportunités offertes par la technologie et de travailler en étroite collaboration avec les régulateurs locaux pour assurer la stabilité et la croissance du secteur bancaire dans la région.

Face à ces défis, Rawbank fait preuve de résilience et d’innovation en développant des solutions adaptées. En tant que leader sur le marché bancaire congolais, nous exploitons notre position et notre expertise pour répondre aux besoins spécifiques des clients et soutenir le développement économique de la région.

Dans quelle mesure Rawbank bénéficie-t-elle de partenariats institutionnels dans le cadre de son exercice en Afrique ? (Ambassades, chambres de commerce, …)

Depuis plusieurs années, Rawbank se positionne ainsi comme un acteur majeur du secteur bancaire en RDC, avec une réputation solide et une reconnaissance grandissante de la part de ses partenaires institutionnels à l’échelle internationale.

La crédibilité et le sérieux de la banque lui ont permis de bénéficier de la confiance,  comme la Société financière internationale (IFC) qui lui a accordé un prêt de 35 millions de dollars pour l’accompagner à accroitre sa capacité de financement aux PME. Ces dernières font partie des cibles principales de Rawbank dans le financement de la relance économique. C’est avec cette meme conviction que la banque a conclu en septembre 2022, avec l’African Guarantee Fund (AGF) des accords de garantie d’un total de 45 millions de dollars, visant à augmenter les capacités de financement de Rawbank pour les PME et les établissements de microfinance.

Quelles sont vos attentes pour les cinq prochaines années en termes d’expansion de la marque Rawbank ?

En 20 ans d’activité, nous sommes parvenus à faire de Rawbank une marque connue et appréciée en RDC.
Nous allons continuer le vaste travail de digitalisation de notre offre pour, qu’étape par étape, cette longue marche vers le tout numérique soit pleinement opérationnelle d’ici à 2025.

Nous allons également continuer le travail de diversification de notre offre démarré l’an dernier avec l’obtention de l’agrément pour distribuer des produits d’assurance. Chez Rawbank nous sommes convaincus que nous avons un rôle à jouer pour permettre au plus grand nombre d’accéder à des couvertures des différents risques auxquels ils sont confrontés.

Enfin, un de nos chantiers prioritaires est la structuration du marché financier congolais.
Le potentiel de Kinshasa est immense, et nous souhaitons contribuer à en faire une place financière forte en Afrique. L’ouverture de notre salle de marché aux standards internationaux, la première en RDC, sera un outil déterminant pour atteindre cet objectif.